Voilà, c'est fait. Hier nous avons fêté notre première année de vie sur le sol américain. Entre le quotidien nord carolinien et l'extraordinaire des voyages à travers les états, unis mais divers (compte rendu de notre découverte de la Floride prochainement), nous avons désormais pu nous forger un certain nombre d'opinions sur ce que sont les États-Unis et les Américains. Cela ne veut pas dire que nous sommes capables de dresser un portrait sociologique complet de ce grand pays. Notre vision est très certainement biaisée : La Caroline du Nord n'est ni la Californie ni le Dakota, Raleigh n'est pas New-York mais pas un trou non plus, et Brier Creek (notre quartier) est très différent et des faubourgs de la Nouvelle-Orléans et de Beverly Hills.

Néanmoins, nous avions, en arrivant, un certain nombre d'idées toute faites, de clichés, que l'on a pu commencer à mettre à l'épreuve d'une certaine réalité. Et, à moins que vous ayez vous même une grande expérience de la vie de ce côté de l'Atlantique, vous avez probablement en tête, vous aussi, de tels stéréotypes.

Ce post est donc l'occasion (1) de passer à l'internet 2.0, c'est à dire à l'internet participatif, et (2) de réaliser notre troisième jeu concours. Durant les deux mois qui viennent, envoyez nous, via les commentaires ou par mail, vos clichés (une phrase) de la culture US, de la géographie, du mode de vie, ou de tout autre sujet. Nous nous efforcerons de compléter ce post au fur et à mesure par des réponses sur ce qu'il en est "vraiment".

Et comme on sait bien que vous êtes tous aussi vénaux que les belges sont drôles, vos propositions seront en lice pour gagner pas moins de 5 prix d'exception. Les catégories officielles sont :

  • le cliché le plus drôle
  • le cliché le plus vrai
  • le cliché le plus "de mauvaise foi"
  • le cliché le plus "profond"
  • le cliché le moins justifié

A vos claviers, prêt, partez !

« Les américains pensent que le Canada est un pays de ploucs » Lack of data

Ceux qui regardent How I Met Your Mother sont familiers de ce cliché, en particulier de la part de Barney. Pour tout dire, on manque quelque peu de données pour le confirmer ou l'infirmer. Tout juste peut-on citer le fait que, de temps en temps, quand on dit que l'on est français, les gens nous demandent "français de France ou français du Canada ?" ; et que rien dans leur ton ou leur attitude ne permet de présumer d'un quelconque jugement anti-canadiens.

« Des hordes de motards sillonnent le pays » Vrai

Ca c'est carrément une réalité, même si la situation est très variable suivant les états. Ainsi chez nous, en Caroline du nord, il y a très peu de motards ; plutôt moins qu'en France, surtout en considérant qu'il fait quand même souvent beau. Je suis ainsi le seul volontaire du muséum « motard », et chaque arrivée au bureau de Géraldine avec son casque est un événement. Au Colorado et en Utah par contre, on a pu croiser de très nombreux motards fidèles au cliché : cheveux longs, blousons de cuir avec le nom du « gang » dans le dos, monsieur devant, madame derrière, tous deux affichant généralement un tour de ceinture plus que respectable. Par groupes de 10/20 motos, c'est assez impressionnant. Les Harleys dominent très largement le marché (80% des motos à vue de nez). Il se trouve par ailleurs que notre week-end en Floride coïncidait avec un énorme rendez-vous de motard à Daytona, FL ; j'ai donc partagé la route avec de nombreux riders, dont certains aux motos tunées dans ce genre là :

fondos-tuning-motos

Pour terminer sur le sujet, il semble que la législation à propos des casques se superpose assez bien à la popularité du deux roues : obligatoires en Caroline du Nord, optionnels (et rarement portés), en Utah, Colorado et Floride.

« Les américains sont très procéduriers » A priori vrai

Rassurez vous, on n'a pas encore été assignés en procès pour un motif futile comme « pelouse mal tondue » (quoiqu'on a reçu plusieurs courriers de la communauté, avec menace d'amende, à propos de nos mauvaises herbes). Par contre, vu le nombre de pubs à la télé et sur les panneaux en bord de route pour les avocats, souvent hyper-spécialisés (effets secondaires de médicaments, divorce, accident de la route, etc...), il semble bien que le procès soit un marché en bonne santé. Je ne sais pas si c'est lié, mais les flics semblent même se protéger, des fois qu'on les accuse de ne pas avoir bien fait leur boulot en cas de vol : en sortant du motel où on était à Charleston, SC, avec les parents de Gé, j'ai trouvé sur notre pare-brise le papier suivant :

CouldHave

« You could have been victim of a crime » (« vous auriez pu être victime d'un crime »). Effectivement, j'avais laissé le GPS... Mais avec des « si ». Ce qui est marrant c'est que par ailleurs, au moins dans notre quartier, les gens ne semblent pas franchement stressés : les portes sont ouvertes, et les livreurs UPS/Fedex déposent les colis devant la porte sans même sonner ni se soucier de votre présence (ou de votre absence pour les 2 semaines à venir...).

« Pour les Américains, les USA sont le centre du monde » Pas faux

Ils sont en tout cas très fiers d'être américains et semblent souvent convaincus qu'il n'existe pas mieux ailleurs. Beaucoup n'ont jamais voyagé hors des USA (mais il faut mettre ça en perspective avec l'échelle du pays : beaucoup d'européens ont visité d'autres pays, mais en Europe seulement, ce qui représente à peu près les même distances), et n'ont qu'une vague idée de ce à quoi ressemble le reste du monde. Un collègue de Géraldine lui a ainsi très sérieusement (et gentiment) annoncé à notre arrivée qu'ici ont pouvait boire l'eau du robinet... Mais en même temps, je n'ai encore jamais rencontré quelqu'un ignorant vraiment tout de la géographie, européenne notamment. Ils rêvent d'ailleurs tous d'aller en France (qui se résume quand même principalement à Paris, la Provence et la Normandie).

« Les Américains sont gros » Vrai & Faux

Ils ne sont surtout pas trop « moyens ». Les USA sont le pays des extrêmes, et le poids ne fait pas exception : les gros sont énormes, les autres sont affutés comme des athlètes. Sans être absolue, une certaine corrélation existe d'ailleurs avec le niveau de vie : au supermarché « populaire », une bonne proportion des clients sont obèses. A l'opposé, dans notre quartier bourgeois, ils courent, vont à la salle de gym, peuvent se permettre d'acheter de la bouffe « saine », et sont par conséquent « beaux et minces ». Les personnes en surpoids très important sont donc effectivement bien plus nombreuses qu'en France, mais je ne parierai pas que le tour de taille moyen soit si différent que ça. Petite anecdote que nous a raconté hier un ami américain tout juste retraité : avec les ans lui est venue une (très légère) croissance abdominale. Du coup, ses pantalons taille 34 (=44 en France) étaient devenus un peu serrés. Or, au magasin, il trouva bien des jeans en 30, 31, 32, 33, 34 et 36, mais pas en 35 ! Y aurait-il un vide statistique ?

« Quand ils font un barbec, le mec est gros, avec un tablier et une spatule pour retourner les gros steak haché » Plutôt faux

Faux pour une première raison : malgré l'importance du rayon barbecue au supermarché, ils ne font pas tant de barbec que ça. On voit d'ailleurs très rarement nos voisins dans leur jardin ou sur leur terrrasse. Les steaks hachés ne sont quant-à eux pas franchement plus gros qu'en France (à la différence des blancs de poulet et des morceaux de bœufs pas hachés, qui sont eux absolument énormes). La spatule, par contre, si j'en crois le modèle que j'utilise personnellement, est effectivement faite pour faire face à n'importe quelle situation.

« Ils ont tous un drapeau à leur maison » Assez vrai

Le « tous » est évidemment exagéré. Mais effectivement, le drapeau US à côté de la porte d'entrée est loin d'être rare. Notre impression est que ça traduit certes un nationalisme, mais un peu différent de celui que l'on attribuerait à quelqu'un qui ferait la même chose en France. Il y a une fierté d'être américain, mais pas forcément une volonté d'afficher une supériorité. Ce « nationalisme » se retrouve dans le rapport à l'armée : la plupart des gens (si ce n'est tous) avec qui on a eu l'occasion de parler sont plutôt critiques envers les différentes guerres, passées et actuelles, menées par le gouvernement. Mais dans le même temps, « Support our Troups » (« Supportez nos troupes ») est un slogan que l'on voit un peu partout, et les militaires sont extrêmement respectés et reconnus.

« Les enfants ont pour seul jeu un gant et une balle de baseball » Faux

Dans notre quartier en particulier, ils semblent même crouler sous les jeux : trampoline, voitures à pédale, « château » gonflable, vélos etc... Et si un « jeu » devait être mis en avant comme le plus populaire se serait plutôt le basket : plus d'un tiers des maisons a son panier, et on voit très souvent les gamins s'y exercer. Les lancers de ballons de foot US sont aussi très courant. Je ne crois par contre pas avoir déjà vu des gamins jouer au baseball avec leur père, image si souvent vue au cinéma.

« Ils sont tous pour la peine de mort » Lack of data 

On n'a jamais eu l'occasion d'aborder le sujet avec un américain... On est donc encore plus loin d'être capable de donner une image un peu générale. Dans les faits, seuls 18 des 50 états ont abolis la peine de mort... En Caroline du nord, la peine existe, et, d'après Wikipedia, 155 prisonniers sont actuellement sous la menace de son application. En réalité, un moratoire de fait existe : l'ordre des médecins a en effet décidé de ne pas appliquer les sentences alors que la participation d'un médecin est légalement obligatoire.

« Ils ont des grosses voitures » Vrai, mais...

C'est surtout qu'il n'y a pas de petite voiture. Notre voiture, une Yaris avec coffre (je ne crois pas que ça existe en France), fait la même longueur qu'une Mégane, et c'est vraiment une toute petite voiture ici. Rien d'équivalent aux Clios ou 206, si communes chez nous, et encore moins de mini urbaines comme notre Aygo française. La grande majorité des voitures ont cependant des tailles que l'on voit aussi en France (genre Laguna). Les 4x4 sont également très populaires, mais de taille équivalente à ceux de l'hexagone. Viennent ensuite les Pick-Ups, très nombreux et parfois énormes. Mais dans ce cas il faut bien voir que ce sont souvent des véhicules professionnels d'artisans : l'équivalent de nos camionnettes, qui n'existent pas ici. La tendance semble par ailleurs être à une diminution de la taille des voitures (peut-être du fait de l'augmentation du prix de l'essence), car quand on voit des voitures des années 50/60, genres Cadillacs, là c'était vraiment gros. Enfin, pour terminer la revue routière, les camions eux sont vraiment nettement plus gros que nos semis... je les imagine mal passer un rond-point en ville en France.

« Il n'y a pas de clôture autour des maisons » Vrai

Complètement vrai même. Les barrières sont très rares, et dans quasi 100% des cas sont liées à la présence d'un chien ou d'une piscine dans le jardin. Le fait qu'ils utilisent très peu leur jardin est peut-être une des raisons de ce non-besoin de délimiter leur espace privé.

 

« Home Sweet home » Vrai

P1010974

En ce qui concerne les SDF, notre expérience se limite à Raleigh, mais n'empêche pas d'en parler. On les rencontre en deux emplacements seulement : premièrement aux feux des grosses intersections où ils demandent l'aumône (de manière très polie et sans jamais faire preuve d'aucune forme d'énervement ; un « God bless you » (Dieu vous bénisse) vient juste vous remercier) ; et deuxièmement dans un des squares du centre-ville, où, comme sur la photo, ils sont installés avec leurs multiples sacs. Là encore, malgré leur nombre et la concentration, ils sont plutôt moins « inquiétants » qu'ils ne pourraient parfois l'être en France. Ils ne font d'ailleurs pas activement la manche. Ce qui apparaît au premier coup d'oeil par contre, c'est que 99% d'entre eux sont noirs... La misère en héritage de l'esclavage et de la ségrégation ! Difficile de comparer, mais je n'ai pas franchement l'impression qu'ils soient ni plus ni moins nombreux qu'en France dans une ville d'importance équivalente. Niveau système d'aide, je n'ai aucune idée de ce qu'il existe pour l'hébergement, mais de nombreuses églises distribuent des repas gratuits dans le centre-ville. Tenues par des volontaires, pas forcément croyants ou appartenant à la congrégation en question (le bénévolat est très pratiqué par les américains), elles permettent aux déshérités de manger au moins un vrai (et copieux, pour avoir été faire le service une fois) repas par jour. Un magasin genre Emaüs existe également tout près de chez nous (avec le principe du don et de la revente au profit des pauvres ; pas sûr qu'il y ait la dimensions insertion par contre).