Compte rendu d'une sortie réalisée dans un state park, à environ 1h30 au sud de Raleigh, grâce au programme pour volontaires du museum. L'action s'est déroulée ce lundi 05 novembre au parc de Weymouth Woods, dans la région des Sandhills.

Géologie : Les Sandhills, littéralement "collines de sables", correspondent à une formation géologique originale. En gros, c’est une bande de quelques dizaines de kilomètres de large, à une centaine de kilomètres de la côte, caractérisée par une couche supérieure composée d’un fin sable blanc issu de dépôts marins et/ou côtiers et/ou alluviaux. La plage sans la mer !

sandhills_soils_bigLa zone délimitée en rouge correspond aux Sandhills

Flore : Historiquement une large partie du sud-est américain, dont les Sandhills, était couverte d’une forêt quasi mono-spécifique de Pin des marais (Longleaf Pine ; Pinus palustris).

pinus-palustris

Ces forêts avaient la particularité d’être très ouvertes du fait de feux naturels (dus à la foudre) réguliers (tous les 2/3 ans environ). Le Pin des marais présente différentes caractéristiques d’adaptation à ce régime de perturbation. D’abord, les individus adultes sont très hauts, les premières branches se situant à 15-20 mètres du sol, i.e. hors de portée des flammes. Ensuite, l’écorce est très épaisse et les épines (qui tapissent le sol) très inflammables : le feu progresse ainsi très vite et n’a pas le temps d’attaquer les arbres en profondeur. Mais pour être grand il faut d’abord avoir été petit. Ces pins passent donc par deux stades distincts avant d’atteindre la maturité. Premièrement le stade « herbeux » (5-7 ans) où le pin est réduit à une touffe d’aiguilles pas plus haute qu’une graminée. Ce stade a pour but de développer un réseau racinaire dense et profond. L’adaptation au feu passe par un resserrement de la touffe lors de tels évènements, afin de protéger le bourgeon terminal de croissance. Le second stade, l’adolescence, consiste en une croissance verticale rapide, afin de mettre le plus vite possible les jeunes branches à l’abri des flammes. Alors et alors seulement le réseau de branches peut se ramifier, se densifier, et la reproduction, via la production de cônes mâles et femelles, commencer. Un quatrième stade est distingué, correspondant aux individus âgés aux branches plus rares et plus « noueuses ». Le plus vieil arbre du parc a ainsi fêté cette année l’âge honorable de 464 ans.

Les sous bois sont composés de chênes, en particulier le Chêne chevelu (Turkey Oak ; Quercus laevis), dont la taille est limitée par les feux répétés, de multiples buissons (dont le sumac vénéneux, Toxicodendron radicans) et de plantes herbacées. Dans certaines dérpressions pousse la Sarracénie poupre (Purple pitcher plant ; Sarracenia purpurea), plante carnivore dont les feuilles forment des urnes, remplies d'eau, dans lesquelles viennent se noyer des insectes devenus proies.

Sarracenia purpurea lge

Cette plante a la particularité de ne pas posséder d'enzyme capable de digérer les malheureux insectes pris au piège. Qu'à cela ne tienne, une relation mutualiste s'est mise en place entre la plante et une (des) espèce(s) de moustiques : la plante offre un lieu bien oxygéné et rempli de proies pour le développement des larves de moustiques, qui, en retour, via la digestion des dits insectes noyés, fournissent à la plante des nutriments désormais assimilables.

Le feu est nécessaire au maintien de cet écosystème pour plusieurs raisons : (1) dégager le sol de la couche d’épines de pin qui empêchent les graines de pousser (certaines plantes ne produisent de graines qu’après un feu pour éviter des efforts inutiles) ; (2) enrichir le sol, par ailleurs pauvre en nutriments, en rendant à nouveau accessible la matière organique ; (3) limiter la croissance des feuillus qui autrement remplaceraient petit à petit les pins.

L’exploitation forestière pour le bois et la résine de pin, l’urbanisation, l’extension de l’agriculture et la lutte contre les feux ont participé à réduire considérablement la surface de forêt de Pin des marais. Les quelques patches préservés sont désormais protégés et entretenus par des feux contrôlés (chaque parcelle est brûlée environ tous les 2 ans).

Faune : A habitat particulier, habitants particuliers. On trouve ainsi dans cet écosystème des espèces assez spécifiques comme l’Ecureuil-renard (Fox Squirrel ; Sciurus niger ; malheureusement pas observé en cette occasion).

Squirrel_(Sciurus_niger)_07-01-2005_a

Plus gros que ses congénères gris, il est spécialisé dans les graines de Pin des marais, extrêmement énergétiques mais dont l’accès est rendu difficile du fait de la taille des cônes.

Le Pic à face blanche (Red-cockaded Woodpecker ; Picoides borealis) est également relativement spécifique à ces lieux.

Picoides_borealis_USMC2005729133853B

Ce petit pic a la particularité de vivre en clans familiaux de 5-8 individus qui participent tous au nourrissage des jeunes. Chaque clan exploite 10 à 20 loges (dans des arbres différents mais proches) : une loge est réservée à la couvée, chaque individu dormant dans l’une des autres loges. Ces loges représentent beaucoup d’effort, 2 à 5 ans étant nécessaires à leur création. D’autres pics, comme l’imposant Grand Pic (Pileated Woodpecker ; Dryocopus pileatus), plus fainéants, aiment alors en profiter, un rapide agrandissement suffisant à leur confort.

769px-Woodpecker_20040529_151837_1c

Dur pour le déclinant Pic à face blanche ! Heureusement, celui-ci accepte volontiers des loges artificielles creusées à la perceuse… Dernier détail à propos de ce pic sympathique : il perce de nombreux trous au dessus de ses loges de façon à faire couler de la résine le long du tronc et compliquer ainsi l’accès par les prédateurs, notamment les serpents.

Outre ces deux espèces de pics, les autres espèces ailées notables aperçues lors de cette sortie ont été :

buteo_jamaicensisBuse à queue rousse (Red-tailed Hawk ; Buteo jamaicensis ; juvénile qui se faisait chasser sans ménagement par des corbeaux importunés)

800px-Brown-headed_Nuthatch-27527Sitelle à tête brune (Brown-headed Nuthatch ; Sitta pusilla ; tout petit oiseau mignon)

Sialia_sialisPCCA20070128-0764B Merlebleu de l’Est (Eastern Bluebird ; Sialia sialis ; ailes d’un bleu pétant magnifique)

800px-Dendroica_pinus Paruline des pins (Pine Warbler ; Dendroica pinus ; bel oiseau jaune)

800px-Eastern_Towhee-27527-3 Tohi à flancs roux (Eastern Towhee ; Pipilo erythrophthalmus ; aperçu furtivement alors qu’il traversait pédestrement le sentier)

Merci au ranger qui nous a guidé et donné de nombreuses explications fort intéressantes (mon boulot de rêve !), et à google et wikipedia pour les images, vu que j'ai préféré savourer le moment avec mes jumelles plutôt qu'avec l'appareil photo...